Retour

Lire un article

Connexion

Le bleu du ciel est souvent magnifié au détour d’un paysage, d’un monument, d’un horizon. Il s’inscrit sur nos écrans, s’imprime dans nos esprits et reste gravé dans nos mémoires comme l’image intrinsèque du beau temps, d’une luminosité vivifiante. «Tout est une question d’atmosphère. Mélange de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, la lumière du soleil pénètre dans l’atmosphère sous forme d’ondes propres à chaque couleur, qui viennent buter contre des molécules d’air, des gouttes d’eau et d’autres particules en suspension. Lors de ces collisions, les molécules d’air ont la particularité de diffuser les ondes relatives au violet, au bleu et à l’indigo, qui sont plus courtes que les autres. Le mélange de ces couleurs confère ainsi au ciel ce bleu qui serait, sans atmosphère, d’un noir profond ». (Source « ça m’intéresse », avril 2019). Ce bleu si profond va marquer l’horizon des coureurs durant le parcours du jour. Grand bleu et 29° à l’arrivée à Albi, aux pieds de la cathédrale. Maillot jaune tricolore sur fond bleu des ciels du Cantal-Aveyron-Tarn. Ça vaut le détour non ?

Etape 10 entre Saint-Flour (15) et Albi (81) de 217.5km

Retour