Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Ce jeudi, nous avons effectivement eu la joie de revoir l'astre solaire, qui nous boudait franchement depuis le début de l'année, et même un peu avant. On se souvient de l'épisode de l'avion qui devait venir, que j'évoquais précédemment, et qui n'est finalement pas venu, car le temps a trop tardé à s'améliorer sur la base, puisque le soleil attendu le dimanche est arrivé lundi après déjeuner, et a duré environ 2h, avant que le ciel se recouvre, et l'arrivée d'une nouvelle perturbation… « En Antarctique, pas de pronostic », une fois de plus. Ce soleil qui devient de plus en plus précieux car, ça y est, nous avons enclenché de façon sensible le mouvement : les jours raccourcissent officiellement à DDU. Lundi 6 était le dernier jour polaire, et on a donc retrouvé depuis 2 jours un coucher et un lever de soleil. Evidemment, ce n'est pas encore perceptible, car on est encore loin de la pénombre, mais à partir de maintenant ça va quand même évoluer rapidement durant la fin du mois de janvier.

Enfin, pas perceptible… Le fameux passage du soleil derrière le continent antarctique, que j'observais vers 23h30 au solstice d'été, le 21-22 décembre, se passe tout juste après 23h ce 9 janvier, le soleil brille donc déjà moins longtemps sur la base. Le paysage change donc déjà un peu. Ce qui l'a surtout transformé, c'est le vêlage important du glacier de l'Astrolabe qui s'est produit hier soir, un bruit qu'ont entendu certains Adéliens, qui a provoqué un afflux de glace flottante, assez chaotique, sur les eaux autour de la base. Le bout du glacier qui s'est brutalement détaché proviendrait de l'arrière de l'île Claude Bernard. Notre paysage maritime est donc un peu transformé. Il l'est, de toutes façons, un peu chaque jour avec le déplacement naturel des icebergs, plus ou moins mobiles, selon la force des courants, et leur ancrage dans le substrat rocheux.

En cette journée lumineuse, j'ai pu m'échapper un peu de mon bureau météo pour aller assister aux préparatifs de la plongée de Jéjé et Plouf, nos deux plongeurs, qui ont plongé entre la piste du Lion et l'île des Pétrels, afin de remonter le marégraphe, qui a été fortement endommagé en début d'hivernage 2019, sans doute par des mouvements importants de la banquise. Je suis retourné un peu sur les passerelles en début d'après-midi, au doux soleil du mois de janvier : conditions idéales de plein soleil, quasiment sans vent, avec une maximale de 3,2°C. De quoi profiter un peu du short estival, avant la fin de la saison, qui va arriver assez rapidement !

Une fin de saison qui va être rythmée par les rotations de l'Astrolabe, qui, après son passage en cale sèche, est réparé, en route pour Hobart, avec l'objectif d'assurer 3 rotations R2, R3 et R4. La rotation R2 pourrait donc l'amener à DDU vers le 20 janvier, R3 arriverait à DDU vers le 6 février, et enfin il reviendrait chercher les derniers campagnards d'été avec R4 le 25 février, pour une date de début d'hivernage autour du 28 février. Le nouveau calendrier est fixé, en souhaitant qu'il n'y ait pas d'accroc, on commence donc à y voir plus clair pour cette fin de campagne. Pour tous, les choses se précisent, après la logique incertitude qui a accompagné les circonstances particulières de cette campagne d'été. Même si j'ai hâte, comme d'autres, que l'hivernage commence, il faut malgré tout bien profiter des échanges souvent riches que l'on peut avoir avec les campagnards qui vont nous quitter dans quelques semaines, et profiter de ces journées lumineuses, si longues, qui nous manqueront indubitablement dans quelques mois…

Je suis assez impatient de le voir en vrai, ce nouvel Astrolabe, qui devait nous emmener ici ! En attendant de le prendre, si tout va bien, au mois de décembre, dans un tout autre contexte. On en parlait tout à l'heure à table, ce n'est pas notre heure, pas notre histoire, de parler de retour, évidemment. Le décalage commence naturellement à se faire avec ceux qui se projettent déjà un peu vers le retour à la fin de cet été austral, tandis que notre histoire de TA70 n'en est qu'à ses débuts. On s'installe bien dans les lieux, dans nos missions, et on prépare au mieux l'hivernage à venir. Sur une belle initiative de mon collègue météo Michel, bien soutenu par Alain, un grand rangement de nos cartons de ballons et de sondes météo a eu lieu ce matin, suivi d'un rangement de nos rayons dans le « magasin général », où l'on stocke toutes sortes de choses plus ou moins utiles, parfois très peu utiles et qui auraient pu/dû être jetées il y a longtemps, mais « on est en Antarctique, ça peut servir ». On retrouve ce même mouvement chez nombre de camarades de la TA70 dans leurs ateliers/bureaux respectifs, on se met ainsi dans les meilleures conditions pour cette année 2020.

L'essentiel des photos proposées ont été prises dans cette journée du 9 janvier, où je me suis, sur ce point, rattrapé de ma quasi inactivité des jours précédents bien gris, et plutôt studieux. Les tâches de début de mois ont bien avancé, pas encore terminées, mais l'essentiel a été fait. C'est satisfaisant et ça va permettre d'avancer plus sereinement dans la suite de janvier. J'ai aimé retrouver la vue sur les rochers sous marins dans l'anse du Lion, juste sous le dortoir/42. Sur les dernières photos de soir proposées, on voit ce jeudi 9, pour la première fois j'ai l'impression, depuis notre arrivée ici, une bande un peu plus sombre sur l'horizon nord, il s'agit peut être de la pénombre des latitudes plus basses qui va inexorablement nous gagner dans les prochaines semaines : la nuit s'annonce, au loin ! Impression qui sera probablement renforcée par le temps perturbé annoncé pour le début de semaine prochaine, le retour de l'obscurité est un petit événement en soi, à suivre.

Retour