Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Le mois de janvier s'achève dans quelques minutes à DDU, et on peut maintenant affirmer que nous aurons vécu un mois de janvier inédit, depuis le début des mesures météo sur la base : nous avons enregistré un peu plus de 112 heures d'ensoleillement sur tout le mois, soit une moyenne de 3,6 heures de soleil par jour. Pour des journées qui durent quasiment 24h, c'est extrêmement faible. La normale (moyenne) climatologique est de 273 heures, soit 8,8 heures par jour. L'ancien record du mois de janvier le plus gris était détenu par janvier 1993 et ses 179 heures d'ensoleillement. Autant dire qu'on a pulvérisé ce triste record, à un tel niveau qu'on peut presque parler d'anomalie statistique, tant la marge est grande. 

A l'image de ce mois de janvier, le soleil a nettement traîné pour se montrer ce vendredi 31, qui était annoncé très beau depuis plusieurs jours, et qui n'a vu le soleil sortir qu'à sa toute fin. Heureusement que la luminosité permanente atténue nettement ce ressenti gris, d'autant que souvent, même sous les nuages, la luminosité d'été reste forte ici. Ainsi, je dirais qu'on n'a pas trop mal vécu ce record de grisaille, cette « obscure clarté ». 16 jours avec chutes de neige sur 31 (proche du record de janvier de 17), des quantités importantes pour la saison, pour le lieu tout court d'ailleurs, inhabituelles en janvier. Une violente tempête « Aurore » . Et des températures plutôt douces malgré tout cela.

Le « pays de lumière » de mes souvenirs, très présent en ce mois de décembre 2019, était trop souvent aux abonnés absents pour ce premier mois de 2020. Cela fait suite à une année 2019 globalement peu ensoleillée, et ça contraste quand même déjà pas mal avec mon vécu de 2009, même si ça n'annonce rien de spécial pour la suite. Je préfère me dire qu'on garde les mois de soleil pour le coeur de l'hiver, quand ces petites heures seront tellement plus précieuses que maintenant, entrecoupant les longues nuits. Ce temps gris récurrent m'a en tout cas empêché d'apprécier l'avancée de la nuit, bien visible par ciel clair, que nous avons si peu eu ces dernières semaines.

Cela n'assombrit en rien ma joie d'être ici, ni le climat général sur la base, il me semble. En tout cas le dernier véritable mois d'été est passé. Côté températures, nous ne reviendrons à ces niveaux voisins de 0°C que lorsqu'il sera temps de repartir vers le monde « normal » . Avec le mois de février, le retour de la nuit, la baisse des températures qui devient sensible, on bascule dans ce qu'on pourrait appeler l'automne, qui avec le mois de mars et la réformation de la banquise, annonce le long hiver à venir. Dans 4 semaines, ce sera le début de l'hivernage, une autre vie, dans un climat beaucoup plus calme, débutera alors sur la base pour notre groupe de 24 de la TA70.

Dans les animations de la semaine, on peut noter qu'avait été organisé au séjour mercredi 29 au soir, après le dîner, une grande « LAN party », qui a permis à 16-17 adéliens, dont je n'ai pas fait partie, de s'affronter en réseau au célèbre jeu Counterstrike, ce qui a assurément mis une belle animation pour la soirée. Toutes les occasions qui cassent un peu la routine naissante sont toujours bonnes à prendre, et ça restera encore plus le cas dans les mois d'hivernage. Certes, il vaut mieux être assez contemplatif, comme j'ai la chance de l'être, pour passer le long hiver sur la base, mais toutes ces animations apportent naturellement une cohésion supplémentaire dans le groupe, et ce sera d'autant plus vrai quand nous serons à 24.

Avec le début du mois de février, on va déjà se mettre à guetter le retour de l'Astrolabe, qui a quitté Hobart, et qui devrait se trouver dans les parages mercredi ou jeudi, déjà. En discutant avec les uns et les autres avant, pendant ou après les repas, on réalise qu'un assez grand nombre d'entre eux va partir avec cette rotation R3 du bateau, et que notre population adélienne va drastiquement baisser, que notre groupe de la TA70 va devenir majoritaire sur la base, pour la première fois. Tout comme novembre, mais pour des raisons inverses, février est un mois de transition, celui où l'on voit les gens partir. C'est là où j'ai voulu arriver depuis que j'ai repensé à ce nouvel hivernage : entrons dans le vif du sujet !

Pour les photos proposées, j'ai quand même pu profiter de l'assez belle journée de mercredi 29 pour faire des photos plutôt ensoleillées… On notera sur une des photos au loin la présence de la base annexe de Cap Prudhomme/Robert Guillard, sur le continent antarctique, d'où le dernier raid logistique est parti pour Concordia il y a 10 jours, puis arrivé là haut, et se trouve sur le chemin du retour vers cette même base dans les prochains jours.







Retour