Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Nous sommes au coeur de la période de l'année où la lumière du jour, plutôt rare, devient précieuse.Il est ainsi d'autant plus appréciable de connaître de belles journées comme celles qui viennent de passer. Avec un vent plutôt faible, voire très faible hier dimanche pendant une bonne partie de la journée, le froid des -20°C est fort légèrement ressenti. J'ai également vu une belle aurore dimanche matin, en allant prendre mon service au bureau météo, un peu avant 7h. Les longues nuits nous permettent effectivement d'en voir sans avoir à veiller au coeur de la nuit.

Même si j'ai un peu l'impression d'être rentré dans quelques temps dans un tunnel un peu sombre, mon moral reste très bon, indubitablement meilleur qu'à la même période de 2009. Je me nourris de ces beaux paysages, et de la bonne ambiance qui prévaut toujours nettement dans notre groupe. Je reçois quelques mails de France, qui me racontent l'étrange histoire de cette année 2020, qui semble arriver dans une phase un peu moins critique qu'il y a quelques semaines, et je mesure chaque fois davantage la chance qui est la nôtre d'être à Dumont d'Urville. Plus que jamais : l'impression d'être au bon endroit, au bon moment, en bonne compagnie.

Je me rappelle clairement le fort décalage qui existe naturellement entre la vie des hivernants, et celle de nos proches, pendant l'année antarctique, et que l'on constate tellement en rentrant. Cette année, ce sera probablement plus fort que jamais. Je pense parfois au monde que nous allons retrouver à la fin de l'année : à quel point sera-t-il différent de celui que nous avons quitté ? Il est trop tôt pour s'en inquiéter, ou même pour y réfléchir trop longtemps. Profitons de l'environnement, de la quiétude adélienne, ce que nous faisons plutôt bien, je dirais.

Dans les photos qui accompagnent ce billet, de belles lumières, et un soleil qui a du mal à sortir vraiment, car il ne reste que quelques degrés au dessus de l'horizon au zénith, de sorte qu'il suffit qu'il y ait une barre nuageuse sur notre horizon nord, pour que ses rayons ne nous éclairent pas, même si le ciel est quasiment dégagé par ailleurs. L'ensoleillement devient une denrée bien rare : ça va être tellement bon quand il va revenir, si vite, dans quelques semaines !

Retour