Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Nous sommes donc entrés ce lundi dans le mois de juin, celui où les journées sont les plus courtes ici, avec en point d'orgue le solstice d'hiver le 21 juin, et pour nous, adéliens, les festivités de la Midwinter qui se dérouleront du 21 au 28 juin.  En plein coeur de l'hivernage, avec cette ambiance très spéciale, légèrement pesante par le manque de lumière, mais réjouissante quand nous avons la chance d'en bénéficier, comme ces derniers jours. Cela m'aide certainement à conserver un excellent moral, et à finalement relativement peu sentir la fatigue. Ça se confirme : je vis cette période très différemment d'il y a 11 ans.

Hier dimanche, un puissant catabatique a formé un joli mur de neige sur le continent, et comme souvent, nous n'avons eu que peu de rafales sur la base, alors que le vent se déchaînait vraisemblablement à quelques kilomètres à peine d'ici. Un phénomène de compression a par ailleurs nettement réchauffé l'air, qui a atteint -8°C dans l'après-midi, avant de retomber nettement en soirée. Mais ce lundi, avec un vent assez discret, et malgré les -19°C, on ressentait bien peu le froid, peut être parce que nous sommes parfaitement acclimatés depuis toutes ces semaines, fascinante adaptation du corps humain !

Enfin juin, c'est ce moment de bascule, où un peu plus consciemment, je vais commencer à me projeter vers la fin de cette belle aventure 2020, puis vers le retour, que je suis un peu forcé de préparer ces jours-ci, car on me propose de repostuler sur le poste de prévisionniste Météo-France pour les Médias, que j'occupais avant de partir ici, et qui m'a globalement beaucoup plu pendant les 8 années précédentes. A part un gros manque de nouveauté, je ne vois pas beaucoup de défauts à cette option, que je risque donc de valider dans les prochains jours. Selon mon ancien chef, j'ai de bonnes chances de l'avoir, faute de candidats alternatifs…

C'est tout de même assez singulier de devoir se projeter dans une vie d'avant, peut être encore davantage, vu d'ici. A dire vrai, je suis surtout rassuré d'aller probablement vers quelque chose de parfaitement connu, et globalement apprécié. Je savais qu'en venant à DDU, je risquais de perdre ce poste Médias que j'avais aimé, alors si ce risque ne se concrétisait finalement pas, j'aurais probablement gagné sur tous les tableaux. On peut penser, j'ai pensé surtout en 2009, que cette étrange expérience de l'hivernage adélien remette beaucoup de choses en perspective, fasse sensiblement évoluer nos choix, nos envies, mais ce n'est pas vraiment ce que j'ai vécu la dernière fois, ça ne m'a en définitive que confirmé dans mes aspirations d'avant départ. Dans ce cas, aller vers quelque chose de connu et apprécié, me semble plutôt satisfaisant.

Retour