Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Comme prévu et attendu localement, le grand débat électoral a eu lieu hier soir au séjour, entre nos 3 candidats (Charlène, Antoine et Loïc) représentants 3 partis locaux bien distincts. J'avais décortiqué leurs programmes respectifs et préparé quelques questions plus ou moins surprenantes, qui ont, il me semble, plutôt diverti le public adélien particulièrement assidu.  Grâce à Julien qui avait préparé une superbe réalisation avec notamment un compteur de temps de parole et un compteur de points pour le Quiz associé, nos 3 candidats, perchés sur l'estrade de la Midwinter fraîchement posée, ont chacun fait valoir leurs arguments, avec style et talent, une belle soirée pour lancer, en quelque sorte, notre Midwinter, qui commence officiellement demain samedi après-midi, avec donc la fameuse élection du OnzeTA, le/la chef de la base durant la Midwinter !

Les débats se sont tenus alors que le vent faisait rage dehors, puisque c'est la tempête Antoine (ça tombait bien pour notre candidat !) qui a sévi depuis la matinée de ce jeudi 18 juin. Le vent le plus fort en moyenne a soufflé le matin, au moment du passage du front neigeux particulièrement bien garni, avec une moyenne sur 10min de 99km/h au plus fort peu avant 9h, ce qui reste assez modeste certes pour une tempête locale, et se classe en 9ème position sur 10 tempêtes vécues par notre TA70. La rafale la plus forte a été enregistrée, quant à elle, en soirée, juste avant le début du fameux débat, vers 20h, avec 152km/h.

Cette tempête a eu une particularité : contrairement à la majorité des dépressions qui passent au voisinage de la Terre Adélie, et qui arrivent dans la grande majorité depuis le Nord-Ouest, celle-ci est venue plein Ouest, longeant à peu près le 65°S, et a filé plein Est. Du coup, nous avons eu 2 phases très distinctes, la première avec le fameux front neigeux, copieusement garni, qui a donné le vent le plus fort en moyenne, puis avec le décalage au delà du 140°E (où nous nous trouvons) du coeur de la dépression, nous sommes passés en fin de journée et soirée en vent catabatique, ce qui a donné cette fois la rafale maximale.

On aurait pu en rester là, avec un schéma classique de catabatique qui dure quelques heures, puis cesse plus ou moins brutalement, pour nous laisser une journée assez calme. Mais le calme attendu n'est jamais vraiment arrivé à DDU ce vendredi 19 juin. Le vent a encore soufflé quasiment en tempête catabatique toute la matinée, puis il y a eu une nette baisse vers l'heure du déjeuner, qui correspond au fameux phénomène de Loewe, découvert ici en Terre Adélie, qui se traduit par un arrêt brutal du catabatique, correspondant à une forte hausse de pression, en quelques minutes. C'est ce qui s'est passé vers 12h30, le vent est brutalement tombé, le flux de neige s'est un peu dissipé sur la base, pour nous laisser admirer un paysage magique, avec des bourrasques de neige qui défilaient un peu partout, montant parfois bien haut !

Le vent est ensuite devenu pour une heure et demie assez « fou », changeant souvent de direction, avec de brusques rafales, alternant avec des accalmies.Ensuite, vers 14h, le catabatique est reparti pour quelques heures, soufflant encore à 110-120km/h en rafales dans l'après-midi, avant de se calmer véritablement ce vendredi soir, concluant cet épisode très intéressant qui conclut le passage de la tempête Antoine en Terre Adélie. Cette journée m'a rappelé celle du 13 juin 2009, ici aussi, où nous avions connu un catabatique beaucoup plus fort (environ 140km/h en moyenne sur 10min, et 187km/h en pointe), qui avait il me semble engendré un phénomène identique à la mi-journée, ce qui avait donné ces paysages irréels avec les bourrasques de neige filtrant les rayons du soleil si rasant de juin.

Un bien beau souvenir de cette année 2020, que je conserverai certainement, comme celui de juin 2009, que j'ai toujours gardé en tête ! Les quelques photos proposées essaient de rendre un peu l'ambiance bien particulière de ce moment. Et grâce à la magie d'Internet, en rentrant me réchauffer les doigts au bureau, après avoir filmé et photographié le phénomène quelques minutes dehors, j'ai pu observer, au même moment, le lever de soleil derrière l'île d'Elbe, depuis une de mes webcams de Penta di Casinca, en Corse ( http://penta.meteomac.com ), où il était 5h45 du matin (13h45 ici). Je mets la capture de webcam également en photo jointe à ce billet.

Place à la Midwinter et aux festivités maintenant, à bientôt !

Retour