Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Après la longue période généralement calme que nous avons connue durant ce mois d'août 2020, il était inévitable que les conditions finissent par se dégrader, et à correspondre davantage à ce qu'on imagine, fort justement, du climat local. Le lendemain de cette superbe sortie au rocher du Débarquement, le vent s'est levé, assez modéré, toujours sous le soleil, et les prévisions laissaient entrevoir un net renforcement du vent pour jeudi et vendredi. Une tempête devenait probable, et elle a bien eu lieu, avec ses particularités. Tout d'abord, ce fut la plus longue que nous avons connue, puisque le vent a soufflé en tempête (moyenne sur 10min > 50 noeuds) pendant 28 heures au total, surpassant de 6 heures notre précédent record.

Sa force a été remarquable : la moyenne sur 10min a atteint 117km/h jeudi soir, pendant le dîner, avec une rafale maximale à 166km/h. Cette moyenne élevée en fait la 4ème tempête la plus forte de notre TA70, qui en a donc connu 13 maintenant. Elle a connu deux phases distinctes : jeudi, elle a débuté au petit matin avec un ciel dégagé, et le vent a nettement forci en journée, alors que le soleil a brillé assez longtemps, et au moment du maximum de vent en soirée, le ciel n'était toujours pas couvert. Avec ce vent fort, nous avons connu une fois de plus l'effet décapant de certaines tempêtes, le vent arrachant littéralement des morceaux de neige pourtant bien compacte et tassée au sol, projetant de façon assez sonore ces morceaux contre les vitres exposées des différents bâtiments. 

Hélas pour moi, pour nous peut être pour le côté peu pratique de la chose, « mon » escalier sculpté dans la congère à la sortie du dortoir a été totalement enseveli sous la neige dès les premières heures de la tempête, ce qui a rendu la sortie du dortoir particulièrement désagréable pendant plus de 24h, en se retrouvant directement confronté à une haute congère plutôt raide à franchir, sachant que le chemin vers Geophy était également assez raide… Ça m'a un peu démoralisé de voir que l'escalier qui tenait depuis un mois ait pu être balayé et enseveli de la sorte en une demi nuit de vent, mais c'est ainsi, la Nature est toujours présente pour nous rappeler sa force.

Le vent a encore soufflé fort jusque dans la nuit de jeudi à vendredi, avant de baisser d'un cran en matinée de vendredi, les rafales devenant voisines de 100km/h plutôt que 140-150km/h, mais cette fois avec le retour de nouvelles chutes de neige, qui ont eu, logiquement, plutôt tendance à faire monter davantage les congères. Ce vent soutenu, mais inférieur à la force de tempête, a soufflé toute la journée de vendred, et le blizzard avec une très faible visibilité a régné sur la base. Sortie des bâtiments avec masque obligatoire, pour le second jour de suite. Dans l'après-midi, je suis quand même sorti au vent, relativement abrité au pied de la congère, pour creuser un petit chemin vers Geophy, ce qui a permis de sortir du dortoir sans devoir affronter nécessairement la congère raide directement.

Ce samedi, le vent a encore baissé d'un cran et on a retrouvé de belles éclaircies en matinée, même si le ciel s'est recouvert ensuite. J'ai creusé un nouvel escalier dans la congère à la sortie du dortoir, mais cette fois en changeant de technique, j'ai ramené de la neige vers l'entrée du dortoir, pour limiter la pente entre le haut et le bas de la congère, puis j'ai tassé cette neige et fait des marches dans la pente plus douce, en tassant la neige en sautant à pieds joints dessus. Pour une première, ce n'est guère esthétique, mais relativement efficace. En limitant la différence de niveau entre le haut et le bas de la congère, j'espère pouvoir récupérer plus facilement l'escalier en cas d'un nouvel ensevelissement. A suivre… !

La plupart des photos associées à ce billet où l'on a de la visibilité, voire un rayon de soleil, datent de ce samedi 29 août. Hier vendredi 28 ce fut le blizzard et je n'ai pas pris de photo, sinon il y a également quelques photos de jeudi 27 pendant la partie ciel dégagé de la tempête, avec la neige qui volait, arrachée au sol… Dernière chose : Régis a donc tiré au sort le nom de la future tempête, parmi les prénoms restant de notre TA, non encore utilisés, et c'est François qui est sorti, j'attends donc avec une certaine impatience « ma » tempête maintenant !


Retour