Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

Notamment à la faveur d'un catabatique qui a soufflé une bonne partie de la journée de ce jeudi 17, le froid est revenu à DDU, et nous avons enregistré la nuit dernière une température minimale de -26,0°C, rien d'exceptionnel pour la saison, mais c'est tout de même 9°C sous la normale d'une mi septembre, on peut ainsi parler de coup de froid tardif, probablement le dernier -25°C que nous connaîtrons cette année. Une telle température est naturellement très favorable à la reprise de la banquise sur les zones qui ont débâclé ces derniers jours. Le catabatique n'a pas soufflé suffisamment fort hier pour empêcher cela, et comme le vent était moins fort ce vendredi, nous avons pu constater que la glace domine à nouveau largement les environs de la base.

Alors, bien sûr, il y a des trous d'eau visibles ça ou là, et cette couche de glace est bien fine car très récente, et donc fragile. Mais s'il n'y a pas trop de vent dans les prochains jours, elle pourrait continuer à s'épaissir et il n'est pas impossible que nous puissions remarcher dessus avant la fin de l'hivernage. Attention tout de même au catabatique prévu lundi, qui semble assez fort…. En attendant, ce vendredi 18 a été marqué par un exercice « rescue » avec la simulation d'un accident sur la banquise à 1km au nord-est de la base, sur une zone d'ancienne banquise bien sûr. Pascal et Valentin étaient sortis, et Pascal est « tombé dans l'eau et s'est fait mordre par un animal marin », tel était le scénario. Ce qui a permis à Sarah d'organiser le sauvetage avec son équipe dédiée et entraînée, avec une certaine efficacité. 

Dans le cadre d'un tel exercice, nous sommes tous rassemblés au séjour par appel radio, éventuellement téléphonique, pour localiser tous les hivernants. Et ensuite nous restons au séjour jusqu'à ce que Régis nous démobilise. Ce qui fut le cas au bout d'une heure environ, quand l'équipe de secours a atteint Pascal et Valentin sur la banquise. Cependant, Régis est venu me trouver une heure plus tard, pour me demander d'aller avec lui chercher du matériel laissé par l'équipe à côté de la piste du Lion. En effet, pour brancarder Pascal jusqu'à la base, l'équipe s'était allégée de ses sacs à dos, et de divers objets, que nous avons remontés dans une pulka, Valentin, Régis et moi. Sacré exercice en tout cas pour l'équipe de brancarder Pascal sur les passerelles depuis l'abri côtier jusqu'à la base haute, les passerelles ne sont pas très larges, ils ne pouvaient le porter qu'à 4 à la fois, en se relayant, bravo à eux !

Nous avons environ un exercice de ce type par mois, parfois une simulation incendie, pour nous maintenir prêts en cas de véritable incident. Il y en aura encore donc un le mois prochain, le dernier, puisque notre TA70 est appelée a été relevée durant le mois de novembre, si tout se passe comme prévu, précision que l'on est obligé d'ajouter, en Antarctique. En tout cas cette sortie était rafraîchissante avec -20/-21°C et un petit vent à 20-30km/h bien frais, donnant un ressenti en dessous de -30.

La banquise progresse en tout cas à nos portes, et cela induit un nouveau changement de paysage, une nouvelle richesse dans cette belle expérience de l'année 2020. Je réalise pour ma part que je serai peut être parti dans 2 mois, maintenant, je commence donc à rédiger des documents utiles à nos successeurs de la TA71…

Je propose avec ce billet des photos des 4 derniers jours, ce qui permet d'apprécier la progression dans la reformation de la jeune banquise, et la variété du spectacle que nous avons eu sous nos fenêtres…



Retour