Retour

Lire un article

Connexion
Ce texte vous est relayé sur Infoclimat via le blog Itinéraires Polaires, carnet de bord édité par François Gourand, adhérent Infoclimat et hivernant en Terre Adélie en tant que météorologue à Météo-France. Bonne lecture !

La tempête Susie a sévi à DDU toute la journée de ce premier jour d'octobre. Elle a été puissante, comme les prévisions le laissaient supposer : le vent a atteint son maximum d'intensité vers 9h du matin, avec une moyenne sur 10minutes de 120km/h, c'est la 4ème tempête la plus forte de notre TA70. Mais fait plus remarquable : on a enregistré la plus forte rafale de l'année, peu après 9h, avec une pointe à 195km/h, quelques minutes à peine après le lâcher de ballon de mon collègue Michel, qui s'est étonnamment bien passé, compte tenu de la violence du vent (le ballon s'est élevé, puis une fois l'effet du pare-vent franchi, a pris un « coup de poing » horizontal qui l'a projeté très loin de nous (cf animation sur mon compte Twitter @FGourand).

Susie est une tempête plutôt de nature catabatique : le vent avait une direction 160°, donc Sud/Sud-Est, un vent froid et sec qui a repoussé l'humidité de la dépression responsable de la tempête bien au large de DDU, ce qui fait que nous avons bénéficié d'un ensoleillement appréciable, malgré la tempête, l'ambiance était très lumineuse. La violence du vent et de ses puissantes rafales a grignoté les différentes congères de la base, morceaux par morceaux, qui se sont transformés en autant de projectiles qui sont venus taper sur les parois des bâtiments, les vitres, toute la journée. Une fois encore, peut être encore plus cette fois que les précédentes, cette tempête a raboté les congères, qui ont donc plutôt diminué à l'issue de la tempête. On a finalement les deux effets selon les tempêtes, tout à fait opposés, parfois l'un  qui succède à l'autre…

En tout cas, 195km/h, belle valeur, qui dépasse, enfin, ma valeur de référence de 187km/h de ma TA59. Un peu déçu de ne pas avoir atteint les 200km/h, pour la symbolique bien sûr, mais c'est déjà beaucoup, et pas si différent, en réalité. Les déplacements ont été en vérité bien compliqués ce jeudi 1er au matin sur la base, entre les projectiles glacés, et le vent qui empêchait certaines progressions, port du masque obligatoire, mais ici le masque pour les yeux, sinon c'est tout simplement impossible d'avancer face au vent glacé, qui brûle. En effet, la température est nettement redescendue avec cette tempête, autour de -20°C, ce qui a engendré un ressenti de -40, particulièrement mordant.

Susie était donc la 15ème tempête de notre TA70, et le départ approche, il reste une, voire deux, éventuellement trois tempêtes avant mon départ vers la mi-novembre. Tous les prénoms de notre TA n'auront probablement pas été tirés au sort, mais je suis assez content de cette formule qui a rencontré un vrai succès durant toute l'année.  A ma façon, j'ai un peu animé notre hivernage par les différents points tempêtes, classements, et informations correspondants. 

Comme on pouvait s'y attendre, cette tempête a sérieusement fait bouger la banquise aux environs de la base : pas à proximité immédiate, où notre jeune banquise de 40cm d'épaisseur a bien résisté, mais à peine plus loin, à 8km au nord-ouest, et surtout, nouveauté, 8km au nord-est de la base également, une large plaque s'est détachée. C'est quasiment invisible depuis la base, surtout de ce côté, au delà des îles Dumoulin, du rocher du Débarquement, mais les images satellite sont formelles (cf image jointe).Du coup, on sent que l'eau s'approche un peu de la base de toutes parts, encore une grosse tempête et ça pourrait arriver vraiment tout près de nous, en ayant bien dégagé les environs, de bon augure pour l'arrivée de l'Astrolabe dans quelques semaines, s'il arrive à se faufiler dans le pack jusque sur la zone, on devrait avoir de bonnes chances de le voir assez près de la base, à suivre !

Drôle de coïncidence, cette tempête adélienne Susie a précédé de quelques heures à peine la tempête métropolitaine Alex qui a balayé la Bretagne la nuit dernière. En poste au bureau météo, j'ai pu suivre grâce à Internet l'avancée de cette tempête en quasi direct, et finalement Susie l'Adélienne a battu Alex le Breton 195km/h contre 186km/h (à Belle Ile la nuit dernière), de peu ! La tempête a duré bien plus longtemps ici, mais ce n'est pas très fair play de parler de compétition, car on ne boxe évidemment pas dans la même catégorie, les tempêtes faisant partie si ce n'est du quotidien, en tout cas de la vie courante adélienne, avec une vingtaine d'occurrences par an. Les vents puissants font globalement beaucoup mons de dégâts, car c'est essentiellement de la neige qui vole, il n'y a pas grand chose d'autre à vrai dire...

Puisque ce post est très météo-centré, j'ajouterai que nous avons vécu avec un cumul de 238h le second mois de septembre le plus ensoleillé à DDU depuis le début des mesures en 1956, avec une séquence magnifique du 15 au 28, durant laquelle le soleil a brillé 91% du temps maximal possible (du jour, en fait). Les deux derniers jours ont été plus nuageux, et n'ont pas permis d'aller concurrencer le record de septembre 2014. Ce mois de septembre a donc été dans la lignée de juillet et août, et le trimestre juillet-août-septembre que nous avons vécu cette année se classe lui aussi en seconde position des trimestres juillet-août-septembre à DDU, avec 390 heures, à quelques heures de 2007, en tête. Tout cela pour dire, que couplé à un vent souvent faible, en moyenne, nous avons vraiment bénéficié cette année de superbes conditions de fin d'hiver pour profiter du lieu : magique !


Retour